Les formes de rencontres dans le DKB

Parmi la codification des rencontres qui se consacrent à une pratique pure du Danmyé-Kalennda-Bèlè, on retrouve la Swaré Bèlè, le Moman Bèlè et le Bèlè Mawon.

Une forme récente de rencontres est apparue : le "Tan Bèlè", nouvelle configuration imaginée spontanément à la suite de la disparition d’une figure de la Culture DKB.

 

Toutes ces rencontres sont gratuites afin d'accueillir un public large et varié,: elles sont ouvertes aux initiés, non-initiés et sympathisants de la Culture Bèlè qui prône l’ouverture, la solidarité, l’échange et le partage

Swaré Bèlè

Lieu de rencontres des Manmay Bèlè, ces Swaré font l’objet d’une inscription au Calendrier des Swaré Centrales en Martinique et au Calendrier des Associations Bèlè de l’Hexagone.

 

Elles ont lieu toute la nuit et sont organisées par les associations qui proposent une restauration sur place.

Elle propose une thématique en fonction du rythme calendaire ou selon les particularités culturelles qu'une association souhaite mettre en avant.

 

Le déroulement est régi par « Larel Bèlè » édité par La Coordination Lawonn Bèlè en 2011.


Moman Bèlè

Autre lieu de rencontre des Manmay Bèlè, celui-ci est réduit dans le temps. Il peut être proposé par un particulier ou une association.

 

C’est un moment de partage où chacun.e apporte à  boire et à manger.

 

Une thématique peut également être choisie.


Bèlè Mawon, Bèlè Bò Lari, Bèlè Bòdlanmè...

C’est une proposition informelle, spontanée et improvisée du Moman Bèlè.

 

L’information se communique entre des passionnés voulant pratiquer en dehors des dates fixées par La Coordination.

 

Le Bèlè Mawon a souvent lieu en extérieur. On peut y associer également les Bèlè *Bò Lari, Bèlè *Bòdlanmè…

 

 

*Bò Lari : dans la rue

 *Bòdlanmè : sur la plage


Tan Bèlè

Forme plus solennelle de rencontres, le Tan Bèlè propose avec une thématique précise des échanges autour de l’histoire, d’une figure du Bèlè souvent disparue.

 

Cette forme de rencontre a vu le jour en 2017 lors de l'hommage rendu à Dartagnan Laport en région parisienne et qui avait la particularité d'intégrer un volet "histoire" (projection de vidéos) et témoignages vivants dans un Moman Bèlè.

C'est la subtilité qui réside dans la définition que l'on donne au mot "tan bèlè" qui fait le trait d'union entre histoire, mémoire, Bèlè et l’assemblée ; et qui marque sa différence face à l'aspect "anmizman" uniquement.

 

À noter toutefois qu'il y a quelques années, l'association Mi Taw Mi Ta Mwen (MTMTM) basée en Guyane, utilisait cette terminologie pour désigner leurs temps de rencontres, avant de connaitre le terme Moman Bèlè qui correspondait plus à ce qui était proposé.

 

*anmizman: divertissement