La tradition du "Sanmdi Gloriya"

Sanmdi Gloriya - Pitt Casérus à Sainte Marie (07/04/2012)

Dans la tradition martiniquaise, dont le temps calendaire est très marqué par les fêtes religieuses catholiques, le Tambour se tait au lendemain du Mercredi des Cendres après la mort de Vaval sur le bûcher...

 

Quarante jours et quarante nuits de Carême, pour Lawonn Bèlè cela se traduit par le silence du Tambour, l'endormissement du Tibwa, le "repos" de la Danm Bèlè et du Kavalyé...

Quarante jours et quarante nuits pendant lesquels le Bèlè saura se retirer pour revenir encore plus fort le Samedi de Pâques!

 

C'est la raison pour laquelle, à l'occasion du Sanmdi Gloriya, le Bèlè est mis à l'honneur, c'est un rendez-vous incontournable et pérenne, le fruit même du "Mannyè Viv" et de la "Tradisyon Bèlè".

Ce Samedi particulier marque le signal de la reprise des soirées, après ces quarante jours d'interruption. 

 

En Martinique:

  • "Danmyé Sanmdi Gloriya" du Lamentin proposé par  Sonia Marc alias La Sosso (Chef du Service Patrimoine, Culture et Tradition Populaires de l'Office Culturel du Lamentin).
  • Swaré Bèlè à Sainte-Marie organisée par Félix Casérus, Maître du Bèlè de Sainte-Marie.

En Hexagone:

  • "Swaré Bèlè du Sanmdi Gloriya" organisée par l'association Boukan à Issy-Les-Moulineaux.

On comprend pourquoi, quand le Carême de l'église catholique touche à sa fin en Martinique, les tambours reprennent au bout des doigts des tanbouyés, au bout des pieds de ceux qui sont dans la ronde. 

Dans la Tradition, cette reprise était consacrée au rythme et à la pratique du Danmyé (Ladja), premier art martial martiniquais symbole de la fécondité de l'âme.

Les "Majò" se réunissaient pour combattre et prendre l'énergie auprès du Tambour. S'en suivait alors la Swaré à proprement parlée où tous les acteurs de Lawonn Bèlè se retrouvaient pour célébrer le Bèlè!

 

Cette Tradition perdure que ce soit en Martinique ou en Hexagone.