bèlè tambour
DR | Fab's Photos

Le tambour Bèlè est un membranophone de l'arc caribéen. 

Les autres noms qui lui ont été attribués sont: tanbou déjanbé ou djouba.

  

La fabrication du tambour bèlè, ou facture, est un ouvrage précis qui obéit à certaines règles :

  • la qualité des matières premières
  • le savoir-faire du facteur (faktè tanbou)
  • le temps consacré à l’ouvrage (environ 2 jours au moins)

 Le tambour est un objet recyclé à partir des fûts ou tonneaux dans lesquels mature le rhum. C’est principalement dans les distilleries que le facteur se procure ces tonneaux qui, éclatés, deviendront des douelles (ou lattes). Ces douelles seront plus tard assemblées selon une méthode bien précise pour donner naissance à un tambour.

Le bois composant ces douelles est essentiellement du chêne. À l’instar de Sully Cally, on peut utiliser du bois de mahogany ou acajou des Antilles.

 

 

Il faut plus d’une vingtaine de lattes pour constituer le corps du tambour. Celles-ci doivent être nettoyées pour ôter l’odeur du rhum et raclées pour les délester de quelques copeaux de bois.

Puis vient la phase de composition du tambour. L’artisan va assouplir le bois, qui aura retrouvé un taux d’humidité satisfaisant à l’air libre, en plaçant un feu au cœur du corps des douelles encerclées. La chaleur va permettre au bois de s’assouplir lors de cette opération délicate. Il faut veiller à ce que la matière ne se brise pas. Les douelles sont ensuite collées.

 

Le « boudin » ou « cercle enrobé » est l'espace sur lequel la peau sera tendue. C'est un cercle de fer couvert de feuilles sèches enserrées par une corde. Un deuxième petit cercle de fer est utilisé pour enrouler la membrane poncée (peau de cabri, chèvre, bouc, mouton… séchée, raclée, polie puis lissée) sous le cercle de corde.

Il y a toute une technique pour tendre la membrane : celle-ci sera plus ou moins tendue selon le son plus ou moins aigu que l’on veut donner au tambour. Les tirants (ferrures faites à la main) permettront d’ajuster le serrage et de le modifier à l’envi.

Le choix de la peau est fonction de l’usage qui sera fait du tambour : bèlè, danmyé, lasotè…

 

Ce qui caractérise le Tanbou Bèlè ce sont les trois cercles de fer :

  •  le cercle de la tête : sèk tèt,
  • le cercle du milieu :  sèk bouden
  • le cercle du bas : sèk latjé

Les facteurs de tambour Bèlè les plus connus sont Dartagnan Laport et Sully Cally.

De plus en plus de "tanbouyé" (tambourinaires) fabriquent eux-mêmes leur tambour ou en fabriquent pour d'autres musiciens (Jean-Luc Grivalliers, Sébastien Nadou...). Ils sont décorés et se transforment en petite oeuvre d'art.

Aujourd'hui, on peut découvrir également des tambours fabriqués par Jean-Luc Grivalliers avec deux cercles de fer (cercle de la tête et du bas), c'est la particularité de son ouvrage.