Siméline Rangon

 

Tout le monde a appelé Siméline Rangon « Man Siméline » ou « La Simé ».

 

Siméline Rangon fut l'une des grandes chanteuses de la Martinique, et l'une des rares femmes  de la musique traditionnelle martiniquaise.

« Man Siméline » est née en 1925 dans un quartier rural près de la ville de Sainte-Marie. Elle a fréquenté l'école très peu et a travaillé comme ti-bann dans les champs de cannes et sur les plantations de bananes dès l'âge de treize ans.  Elle n'avait pour ainsi dire aucune instruction d'un point de vue institutionnel, cependant elle avait un talent incommensurable pour le chant. Elle avait un énorme répertoire de chansons traditionnelles qu'elle écrivait pour la plupart. Sa réputation en tant que Vwa Bèlè était basée sur plusieurs facteurs: sa forte voix, l'immédiateté émotionnelle, et la subtilité rythmique (la kadans Bèlè), son inventivité en tant qu'auteur avec des textes qui reflètent les événements à la fois sociaux et personnels; son immense savoir malgré son passage bref sur les bancs de l'école; et  son esprit. Dans sa jeunesse, elle a également été danseuse, bien que des problèmes de santé l'aient empêché de danser par la suite.

Avant de prendre le temps d'écouter et d 'apprécier les bèlè de Man Siméline, il faut garder à l'esprit que bien qu'illettrée, c'était une femme d'une très grande culture.

 

Etienne Jean-Baptiste, auteur de Matrice Bèlè entre autre, dit d'elle que c'est une Docteure ès Culture Créole au niveau langue et « pharmacopée-péyi » ; et, en tant que musicienne et chanteuse Bèlè elle avait une tessiture et une qualité de voix remarquable. À ce jour, les seuls pouvant être classés dans cette catégorie de Vwa Bèlè sont Ti-Emile, Ti-Raoul, Félix Cébarec ou encore Paulo Athanase. Des Vwa Bèlè fortes et de caractère.

 Le répertoire de Man Siméline est extrêmement large. Comment pouvait-elle se souvenir d'un aussi grand nombre de bèlè ? Elle pouvait chanter près de deux heures sans s'arrêter, sans reprendre les mêmes morceaux. Et, elle n'a jamais chanté la même chanson deux fois de la même façon. En attestent les rares enregistrements sur lesquels sa voix a été posée.

 

L'art de Man Siméline inclut des éléments de mémorisation et d'invention. Son art évoluait entre quelque chose d'entièrement fixe et quelque chose de totalement improvisé. Fascinant...

Aujourd'hui, Madame Siméline Rangon est une référence incontournable en tant que chanteuse et compositrice. Elle fait partie de ces rares musiciens traditionnels capables de créer des mélodies en se départant de la matrice mémorielle : à partir d'un « canevas mélodique » on pose des paroles. L'un des titres qui signe cette différence est son emblématique « Karésé Yo ».

 

Madame Siméline aura de plus traversé toutes les périodes de la vie du Bèlè : du bagay vié-nèg, en passant par son renouveau et enfin sa reconnaissance.

Elle s'est éteinte le 2 novembre 2008 à l'âge de 83 ans en nous léguant un fabuleux et merveilleux héritage: La Simé ouvè lavwa ba fanm bèlè-nou !

 

Marie-Anne ORSINET FLORIMOND

20 novembre 2016